Notre système houlomoteur est composé d’un flotteur de type Salter Duck, mis en mouvement pendulaire. Notre brevet innove avec l’ajout d’une colonne, fixée rigidement à la coque du flotteur, et d'une turbine attachée à l'extrémité inférieure de la colonne.

Le mouvement des vagues met en roulis le flotteur à la surface de l'eau, mettant en mouvement pendulaire la colonne. Une turbine qui est attachée à l'extrémité inférieure de la colonne, se déplace ainsi sous l’eau, ce qui provoque sa rotation. La forme des pâles assure la rotation d'hélice dans un sens unique. Ensuite, l'arbre de transmission entraîne, soit un multiplicateur de vitesse de rotation avec un générateur classique, soit un générateur spécifique à faible vitesse de rotation. Le courant électrique ainsi créé est transmis par des câbles électriques au réseau sur la terre ferme.

En arrimant rigidement l'axe de rotation pendulaire du flotteur, on récupère en grand partie l'énergie cinétique, mais également une bonne partie de l'énergie potentielle (verticale) des vagues.
Grâce à une colonne de longueur suffisante, on peut obtenir des vitesses de déplacement de la turbine sous l'eau supérieures à 2 m/s. Une turbine travaillant avec ces vitesses d'écoulement, commence à générer un couple significatif pour entraîner un générateur.

Notre invention est une solution unique parmi des milliers de brevets, qui permet enfin d'utiliser une turbine pour entraîner réellement un générateur. C’est aussi la solution la plus simple : turbine, arbre de transmission, générateur. Toutes les solutions concurrentes (avec différentes formes de turbines), qui voulaient mettre en rotation une turbine par des mouvements verticaux d'un flotteur et générer de l’énergie, ont échouées. En effet, les déplacements verticaux du flotteur sont trop lents et le couple engendré sur la turbine est presque nul.

Un prototype à l'échelle 1:5, qui a été utilisé lors des tests effectués sur un bassin à houle dans le Centre de Techniques Navals (CTO) à Gdansk.